Catégories
Histoire

Le Brexit vu en 5 questions !7 min read

Le Brexit fait grand bruit depuis quelques années et est devenu effectif au cours de la nuit du 31 janvier dernier. A la suite du référendum de 2016, la Grande-Bretagne a poussé la porte et a entamé sa procédure de sortie … à grands pas, révoquant ainsi le traité d’Union Européenne après 47 ans d’adhésion.

Entre la procédure de retrait entamée le 29 mars 2017 évoquant une sortie effective le 29 mars 2019, la prorogation de cette date jusqu’à l’exécution de la décision le 31 janvier dernier, en passant par la démission de la première ministre, Theresa May, et par la victoire du premier ministre conservateur, Boris Johnson, il n’en reste pas moins d’un sujet épineux et préoccupant : la situation délicate de l’Irlande du Nord. 

Certains espèrent une solidarité entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, voire une réunification idéaliste, d’autres craignent les futurs troubles identitaires et la résurgence de violence.

Voici le BREXIT expliqué en 5 questions par THE IRISH THEORY !

Pourquoi parler de deux Irlande ?

Depuis 1801, l’île d’Emeraude se trouve sous le joug britannique. 
L’Acte d’Union valide alors le rattachement de l’Irlande, majoritairement catholique, au Royaume-Uni à majorité protestante. Ceci explique la naissance et l’accentuation d’un sentiment largement anti-britannique en Irlande qui donnera lieu aux faits historiques que l’on connaît malheureusement, comme l’Insurrection de Pâques en 1916 et la Guerre d’Indépendance en 1919.
En 1921, les autorités britanniques divisent l’île : la République d’Irlande, libre et indépendante, et l’Irlande du Nord – enclave d’Ulster – et dotent l’Irlande de deux parlements, l’un à Belfast, l’autre à Dublin. Cependant, les inégalités économiques, politiques et sociales entre les nationalistes catholiques et les protestants provoqueront une guerre civile de plus de 30 ans, partagée entre unionistes probritanniques et républicains visant à la réunification des Irlande.

Découvrez aussi :  L'épopée viking : zoom sur l'Irlande !
« Sunday Bloody Sunday », chanson du groupe irlandais, U2, sortie en 1983.
Celle-ci évoque le dimanche sanglant à Derry en 1972 lors du conflit nord-irlandais.

Dans l’histoire, on évoque notamment le dimanche sanglant (Bloody Sunday) de 1972 où un certain nombre de catholiques sont tués par des membres de l’armée britannique dans la ville de Derry et aussi, les manifestations violentes de l’IRA (armée républicaine irlandaise).

En 1998, un retour à la paix aboutit avec la signature de l’Accord du Vendredi Saint par le premier ministre britannique, Tony Blair, et le premier ministre irlandais. Cet accord scelle les 30 années de conflit et met en avant un processus de paix résultant de la collaboration entre Dublin et Londres, qui prévoit également la suppression de la revendication territoriale de la République sur l’Irlande du Nord et la démilitarisation de l’IRA.

Le saviez-vous ?
En juin 2016, 51,9 % des Britanniques choisissent la sortie de l’UE et 55,9 % des Nord-Irlandais ont voté contre !

Quelles sont les conséquences du Brexit sur les deux Irlande ?

La plus grande crainte énoncée est, bien entendu, le retour d’une frontière dure entre les 2 Irlande, bien que celle-ci était devenue transparente depuis 1998.
Le retour d’une frontière rendrait la libre circulation entre les 2 Irlande extrêmement difficile, autant pour les travailleurs qui traversent la frontière chaque jour que pour les échanges commerciaux. En Irlande du Nord, ce sont également les agriculteurs qui ont beaucoup à perdre car l’activité est financée par les fonds européens à hauteur de 90 %.
Il est important de signaler que le Brexit remet en cause, pour beaucoup, l’accord du Vendredi Saint.

« Zombie », chanson du groupe irlandais, The Cranberries, sortie en 1994.
Celle-ci aborde le conflit nord-irlandais et certains passages font référence à l’Insurrection de Pâques en 1916.

On a beaucoup évoqué le « backstop ». Qu’est-ce que cela signifie ?

Rejetée en masse par les parlementaires britanniques, cette solution provisoire, également nommée « filet de sécurité », prévoyait que le Royaume-Uni et l’Irlande du Nord restent dans une union douanière avec l’UE, tant qu’aucun accord commercial, qui respecte la libre circulation entre les 2 Irlande, ne soit trouvé. Cette alternative a néanmoins été abolie suite à la proposition d’accord de sortie de Boris Johnson, entrée en vigueur le 1er février 2020.

Découvrez aussi :  L'épopée viking : zoom sur l'Irlande !

Que prévoit cet accord de sortie ?

Nous sommes actuellement dans une période transitoire jusqu’au 31 décembre 2020.

Ensuite, l’Irlande du Nord pourra toujours appliquer une certaine partie des règles européennes, notamment, pour les accords commerciaux.
Par exemple, la marchandise produite en Ulster entrera dans l’UE sans aucun contrôle, ce qui n’est pas le cas de la marchandise produite au Royaume-Uni ou autre pays et importée en Irlande du Nord.

Il faudra attendre 4 ans pour savoir si les règles européennes seront supprimées ou reconduites par l’assemblée d’Irlande du Nord. 
Il faudrait alors une majorité intercommunautaire simple avec unionistes et nationalistes ou 60 % des voix avec au moins 40% d’approbation des nationalistes et des unionistes afin que ces règles soient reconduites pour 8 années supplémentaires.
Si une de ces deux conditions n’est pas respectée et en cas d’approbation, la reconduction n’aura lieu que pour 4 ans.
Par contre, en cas d’abandon des règles européennes, celles-ci seront conservées toutefois durant 2 ans.

Que penser de l’éventuelle réunification de l’Irlande ?

Certains sont optimistes, d’autres sont défaitistes…

Cette question a été abordée par le Sinn Féin, parti politique républicain actif en Irlande du Nord et en République d’Irlande, suite à la menace d’une frontière dure entre les deux parties, mais la réponse à cette interrogation serait négative, voire inexistante.

Depuis l’accord de 1998, pour qu’il y ait réunification entre les 2 parties, il faudrait un référendum commun au nord et au sud, avec une majorité de la population qui opte pour celui-ci. Cependant, il est quasiment impossible que les deux communautés se mettent d’accord sur un projet politique simultané et commun.

Découvrez aussi :  L'épopée viking : zoom sur l'Irlande !

C’est pourtant un vent d’espoir qui a soufflé fin 2019 quand une alliance nationaliste a remporté plus de sièges au Parlement de Westminster que les unionistes du DUP.
Un mois plus tard, un accord gouvernemental entre le Sinn Féin et le DUP avait été trouvé !

Et si vous voulez en savoir plus …

Découvrez le superbe documentaire
« Irlande : la frontière de la discorde » de Christel Fomm, diffusé sur ARTE !

Note importante !

Si vous comptez vous rendre en Irlande du Nord en 2020, vous pouvez voyager avec une carte d’identité ou un passeport valable, cette année étant considérée comme une année transitoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *