Ces symboles qui évoquent l’Irlande !

Lors de vos balades irlandaises, avez-vous déjà remarqué les nombreux symboles celtiques qui envahissent littéralement le paysage ? Des leprechauns guillerets au trèfle à trois feuilles, shamrock, symbole de la Sainte-Trinité, … derrière chaque emblème se cache une théorie !

Et, derrière THE IRISH THEORY, se cache une femme qui se distingue par ses multiples tatouages et autres symboles, arborés fièrement, représentant l’Irlande !

Avant de les dévoiler, je vous invite à consulter ce documentaire de Thinkhouse mettant en scène des artistes tatoueurs réputés en Irlande qui expliquent l’histoire et l’évolution de la culture du tatouage sur l’île d’Emeraude !

Maintenant que vous en savez beaucoup plus, découvrons ensemble la signification des symboles ci-dessous !

La harpe de Brian Boru

Il y a 1000 ans, le bon roi Brian Boru fascinait son peuple par ses actes et par son talent musical. A cette époque, l’instrument devint populaire et se destinait au divertissement des nobles, grands rois écossais et irlandais et chefs de clans celtiques.

Véritable vestige du Moyen-Âge, cet instrument de musique devient, sous le règne d’Henri VIII, symbole national irlandais. Sous son royaume, elle fut ajoutée au dos des pièces de monnaies. 

Autrefois symbole de l’Irlande envahie par les anglo-saxons, elle évoque la fierté irlandaise des rebelles qui luttaient contre le pouvoir de l’Angleterre. 

En 1792, la harpe, progressivement oubliée, refait surface.
Le musicien irlandais Edward Bunting retranscrit les chansons des harpistes dans un recueil, grande première alors que celles-ci étaient généralement transmises qu’à l’oral.

Figurant fréquemment sur des drapeaux ou sur des documents officiels, la harpe de Brian Boru est exposée au coeur de la Long Room de Trinity College à Dublin. Elle est également l’emblème de Guinness et de la compagnie aérienne low-cost Ryanair.

Le Triquetra ou le Noeud de la Trinité

Symbole le plus connu de la culture celtique, il était considéré comme la Sainte-Trinité par l’église chrétienne celtique, bien que ses origines soient inconnues. Le noeud a été trouvé sur des pierres taillées dans le nord de l’Europe au 8ème siècle et sur des pièces anciennes germaniques.

Le Livre de Kells, datant du 9ème siècle et exposé à Trinity College à Dublin, présente ce symbole parmi ses nombreuses illustrations décoratives.

Voici un petit aperçu du Livre de Kells et de la Long Room ! :

Les païens lui prêtaient une signification religieuse. Il fut associé également au Valknut, symbole attribué à Odin, dieu principal de la mythologie nordique, du savoir, de la guerre et des morts.

Le noeud connaît son âge d’or jusqu’à l’invasion normande et décline ensuite. Au 15ème siècle, le Triquetra, qui représente l’identité culturelle et politique, orne les bijoux et armes et connaît ensuite une nouvelle période sombre jusqu’au milieu du 19ème siècle, époque de la « Renaissance celtique ». 

Le Triquetra a des significations multiples ! 

Pour les chrétiens, les trois points du noeud de la Trinité représente le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Sa forme originale comprend un poisson, symbole chrétien populaire. Enfermé dans un cercle, le noeud de la Trinité définit également la vie éternelle. 

Dans la culture celtique, les choses les plus importantes au monde s’établissent par trois. 

Pour d’autres cultures, le noeud représente les forces de la nature (terre, feu, eau) et les trois cercles imbriqués symbolisent la fertilité féminine. D’autres pensent qu’il définit les phases lunaires et solaires et que les courbes infinies sont représentatives de l’amour éternel ou d’un cycle de vie ininterrompu…

Le Shamrock ou Trèfle Irlandais

Selon la légende, l’évêque Saint-Patrick, lors d’un sermon au Rocher de Cashel au cours de sa mission d’évangélisation de l’île, aurait utilisé le trèfle afin d’expliquer la Sainte-Trinité, les trois feuilles désignant le Père, le Fils et le Saint-Esprit. 

Aujourd’hui symbole majeur du pays, il représente également la culture de l’Irlande, la couleur de la verte nature irlandaise et la ferveur des Irlandais qui arborent fièrement le shamrock lors de la Fête de la Saint-Patrick, célébrée le 17 mars chaque année.

Le saviez-vous ?

Ce symbole irlandais est nommé à tort « trèfle irlandais » !

Il s’agit, en effet, d’une feuille d’oxalis (en forme de coeur) et non d’une feuille de trèfle (de forme arrondie). Le terme shamrock dérive de l’ancien gaélique et se traduit littéralement « jeune plante à trois feuilles ».

L’anneau de Claddagh

Bague de mariage traditionnelle de la culture irlandaise depuis le 17ème siècle, elle provient du village de pêcheurs de Claddagh, à proximité de Galway

Selon la légende, un marin du village, Richard Joyce, embarque à destination des plantations des Antilles au 17ème siècle. Lorsque le bateau fut assiégé par les pirates, il fut emmené en Algérie et devint esclave. Acheté par un orfèvre, il a été formé au métier jusqu’à la proclamation d’amnistie où le roi d’Angleterre, William II, exigea la libération des esclaves de son royaume.
A l’époque, l’orfèvre lui offrit la main de sa fille, qu’il refusa poliment afin de rejoindre son véritable amour qui l’attendait à Galway. Mais, à l’insu de son maître, Richard avait volé au quotidien des grains d’or à l’atelier et créa la bague de Claddagh qu’il offrit à sa promise.

Une autre légende aborde l’histoire de Margaret Joyce, jeune femme mariée à un riche espagnol. A la mort de ce dernier, sa fortune a été utilisée pour fonder des ponts au coeur de la province du Connacht.
En récompense des bonnes actions, un aigle lui aurait posé un anneau de Claddagh dans la main.

Au milieu du 19ème siècle, lors de la Grande Famine, des millions d’Irlandais ont émigré vers l’Amérique du Nord et l’anneau de Claddagh était l’un des objets de valeur qu’ils possédaient lors de leur long périple.

Plusieurs éléments composent l’anneau: deux mains qui représentent l’amitié, le coeur qui représente l’amour et la couronne qui représente la loyauté et la fidélité.

Elle peut être portée de 4 façons :
Si vous êtes seul: à la main droite, le coeur tourné vers l’extérieur.
Si vous êtes en couple: à la main droite, le coeur pointé vers l’intérieur.
Si vous êtes fiancé: à la main gauche, le coeur pointé vers l’extérieur.
Si vous êtes marié: à la main gauche, le coeur tourné vers l’intérieur.

Découvrez ici l’histoire et la symbolique de l’anneau de Claddagh ! :

Le triskell ou triskèle ou triskel

Sculpté 2500 ans avant la présence celte en Irlande, il se présente, sous forme de gravure, au tombeau néolithique de Newgrange, sur le site de Brú na Bóinne.

Ce symbole, trois jambes humaines ou trois spirales entrecroisées, évoque une symétrie de groupe cyclique. Caractéristique de l’art celtique, il se retrouve dans l’Antiquité grecque ou dans l’Occident gothique et est fréquemment utilisé dans l’architecture de nombreuses églises ou abbayes. 

Suivant l’avis de l’historien et archéologue, Venceslas Kruta, le triskell représenterait le lever, le zénith et le coucher. 

Présent dans les milieux druidiques à la fin du 19ème siècle, il devient populaire dans les années 1970 avec le renouveau de la musique bretonne et apparaît à de nombreuses reprises sur des magazines ou durant des concerts. 

L’arbre de vie celtique

Dans la culture celtique, l’Arbre de la vie représente l’union des forces de la nature pour converger vers la paix et l’harmonie.

Il possédait des pouvoirs incroyables, notamment lors du défrichage d’une zone où un seul arbre était laissé afin de donner chaleur et abri au peuple. Il fournissait également de la nourriture aux animaux.

L’arbre prenait soin de toute la vie sur Terre.
Lors des guerres entre tribus, la victoire était déclarée lorsque que l’Arbre de Vie de l’autre tribu était abattu. 

Les Celtes avaient une croyance profonde en le fait que chaque être humain venait d’arbres. Considéré alors comme être humain et magique, l’arbre était l’antre du monde des esprits. Les racines désignaient le monde souterrain et les branches représentaient le monde supérieur.
Ces deux mondes étaient connectés grâce au tronc. 

L’arbre symbolise également la renaissance, la sagesse, la longévité et la force. 

Dans la tradition nordique, l’Arbre de vie conduit dans 9 mondes différents, dont Asgard, Tel ou le pays du feu.

L’Arbre de Vie se retrouve également dans la culture mésoaméricaine, égyptienne ou chinoise.

Précédent

Flash ! : Galway, Capitale Européenne de la Culture 2020 !

Suivant

3 délicieuses recettes irlandaises à partager !

  1. Très bel article ! Il faut vraiment être passionnée d’Irlande pour avoir autant de tatouages relatifs 😉 ils sont superbes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisé par Angélique Foucart

Mentions légales